Une pratique riche en découvertes

L'humilité du jeûneur

 Le jeûne n'a pas la prétention d'être une réponse absolue à tous les maux de l'existence humaine. Il s'inscrit plutôt dans la symphonie des thérapies du corps et de l'esprit.  Côte à côte avec les autres approches thérapeutiques, il est appelé à retrouver sa place dans le contexte de précarité écologique croissant qui est le nôtre. Il est la voie vers des ébauches de réponses pertinentes aux questions soulevées par le dogme croissantiste et productiviste qui régit notre monde actuel.

 

Entrer dans une démarche de jeûne, c'est peut-être honorer, d'une façon modeste certes mais véridique car radicale, un appel au changement de comportement que nous recevons par ailleurs : une invitation à aller vers plus de partage, plus d'échange, plus d'écoute de notre prochain.  

Qui peut jeûner ?

Selon le Docteur Helmut Lutzner, médecin nutritionniste allemand et chef de la clinique de jeûne Kurpark à Überlingen/Bodensee depuis 1975, toute personne en bonne forme physique est capable de se suivre un jeûne, y compris les personnes âgées et/ou handicapées.

 

On déconseille le jeûne aux femmes enceintes ou qui allaitent, aux personnes qui sont dans un état dépressif grave, aux personnes en état de cachexie (amaigrissement extrême) ou qui sont en situation de dépendance à l’alcool ou bien à des drogues ;  il est à risques pour celles qui souffrent de maladies chroniques graves comme le diabète mellitus de type 1, le décollement de rétine, les affections coronaires avancées, les maladies tumorales ou respiratoires graves. En cas de doutes sur son aptitude à suivre un jeûne, il est recommandé de consulter un médecin familier du jeûne ou bien un naturopathe vitaliste.

 

Bien que le jeûne soit la plus vieille et sans doute la plus universelle médecine du monde,  il est très peu reconnu pour ses vertus curatives par la médecine allopathique qui l'ignore ou la réduit à une thérapie de lutte contre l'obésité avec ses indications et contre-indications.

 

Le jeûne diététique et le jeûne thérapeutique

Le jeûne diététique, encore appelé jeûne préventif, s’adresse à toute personne en bonne santé et peut se pratiquer seul ou en groupe. Un jeûne thérapeutique est une cure avec un encadrement médical adapté qui dure en général trois semaines. On trouve en Allemagne et en Suisse des cliniques spécialisées (Cliniques Lützner ou Büchinger par exemple) qui ont de nombreuses années d’expériences. Certaines caisses médicales allemandes, bien averties et informées des vertus du jeûne, acceptent même de rembourser de telles cures.

 

 

Les différentes manières de jeûner

On distingue tout d’abord les mono diètes qui consistent à ne manger qu’un seul aliment ou bien un seul type d’aliment (fruits, légumes, céréales) pendant un ou plusieurs jours. La cure de raisin en septembre est la plus connue des mono diètes. Leur principale vertu est de mettre au repos l’organisme en simplifiant l’effort de digestion.

 

Le jeûne Büchinger est un jeûne hydrique du nom du médecin allemand qui l’a mis au point. C’est la méthode la plus pratiquée aujourd’hui : elle permet l’absorption journalière d’environ deux cinquante calories à partir de jus de fruits et de jus de légumes dilués, éventuellement complétés par des décoctions de céréales. Cette ration quotidienne permet d’apporter des hydrates de carbone, des vitamines, des minéraux  et des substances végétales bioactives.

 

Le jeûne à l’eau est une forme de détoxination plus radicale et donc plutôt conseillé aux personnes ayant déjà une certaine expérience du jeûne.

 

Le jeûne sec est un jeûne sans aucun apport liquide ni solide. C’est donc la forme la plus sévère du jeûne qui ne saurait excéder plus de trois ou quatre jours. Sa pratique est réputée délicate et nécessite une bonne expérience du jeûne pour être capable de « lire » les signes du corps et doser la durée en fonction de sa condition physique initiale.    

 

L'hydrothérapie du colon

Le jeûne de longue durée peut être une opportunité pour découvrir l'hydrothérapie du colon, encore appelé irrigation colonique. Cette pratique ancestrale est un excellent moyen d'entretenir une bonne hygiène du colon dans le contexte de nos modes de vie contemporains (consommation trop importante de viande, de plats préparés, de mauvaises graisses, le stress et les émotions négatives,  le manque d’exercice, ...). Elle se pratique avec une canule ou sonde rectacle reliée à une poche remplie d'un demi litre d'eau tiède. L'eau ainsi introduite va permettre d'éliminer naturellement des déchets accumulés dans l'intestin et soulager tout le travail d'élimination que conduit l'organisme en permanence.

 

Mais il y a plus encore. En effet, nos intestins se situent dans une zone intermédiaire entre notre plexus solaire et notre centre vital (ou hara). Ils sont en relation intime avec nos désirs, l’affirmation de soi et de tout ce qui a trait à notre vie émotionnelle (non-dits, refoulements, vécu passé non-accepté, émotions non-exprimées). Nous avons tous expérimenté cette liaison énergétique entre nos émotions et nos intestins lors d’un choc émotionnel ou d’une contrariété importante. L’estomac se noue, la digestion ralentit, les spasmes ou colites apparaissent. L’élimination intestinale se bloque parfois, installant la constipation ou bien, au contraire, devant l’urgence de la situation, une diarrhée soudaine et libératrice apparaît.

 

Lorsque nous vivons un événement difficile, cela se traduit par de la matière fécale qui vient se loger dans un repli de l’intestin à l’endroit correspondant à l’organe symbolique. Desséchée, elle empoisonne le corps et la vie au sens propre et figuré, tant qu’elle n’a pas été éliminée.

Les irrigations coloniques répétées viennent gorger d’eau et décoller ces matières, faisant souvent remonter à la conscience le souvenir de l’événement origine du problème.

 

Le nettoyage du colon aurait donc pour fonction de mobiliser toutes les toxines et donc de libérer toutes les mémoires symboliques, permettant une amélioration de tout le corps et permettant également de faire remonter à la surface de la conscience les souvenirs des événements passés "non digérés".

 

Prochaine retraite jeûne et prière

Retraite se déroulant  chez les Bénédictines de Martigné du 18 au 25 mars 2018

 

Informations et inscriptions par e-mail:

jeanchristophenormand@gmail.com